Stop aux idées reçues


« Des Volailles Françaises sont élevées en batterie ! »

FAUX !

En France, aucune Volaille Française n’est élevée en batterie*.

  • Toutes les volailles françaises sont élevées au sol, dans des bâtiments aux conditions d’hygiène contrôlées, où elles disposent de l’espace nécessaire pour circuler librement. Les volailles ont un accès constant à de l’eau fraîche et à des aliments qui concourent à une croissance harmonieuse.
  • Les volailles fermières Label Rouge et issues de l’Agriculture Biologique ont accès à des espaces en plein air dès que l’emplumement le permet.

 

« Les volailles sont nourries avec des farines animales ! »

FAUX !

En France, aucune volaille ne consomme de farines animales.

  • Les farines animales sont interdites en Europe depuis novembre 2000.
  • Par ailleurs, aucune hormone de croissance n’a été utilisée par les éleveurs de volailles françaises depuis près de 50 ans.
  • En trois décennies, le temps requis pour élever la volaille a été sensiblement réduit en France. Ces progrès sont dus au développement de nouvelles lignées génétiques, à l’amélioration de la nutrition animale, à la prévention des maladies. Et non à l’administration de substances telles que les hormones de croissance.

 

« Les volailles sont systématiquement traitées aux antibiotiques ! »

FAUX !

En France, les antibiotiques sont utilisés seulement en cas de maladies.

  • Dans les élevages français, les antibiotiques ne sont jamais employés de manière préventive. Ils sont toujours soumis à prescription médicale.
  • De plus, les éleveurs ont l’obligation de respecter une période de retrait assurant que tout résidu est totalement éliminé par l’animal avant sa mise sur le marché.
  • Enfin, la volaille fait l’objet de divers contrôles effectués par les services vétérinaires officiels, qui confirment la qualité et la salubrité de la viande.

 

« Les éleveurs ne respectent pas l’environnement ! »

 FAUX !

La filière avicole française est attentive au respect de l’environnement.

  • L’exploitation d’une installation avicole est conditionnée par l’obtention d’une autorisation administrative, qui atteste que l’activité d’élevage ne nuit pas aux populations environnantes. L’éleveur doit démontrer que toutes les nuisances potentielles sont prises en compte.
  • Depuis dix ans, des progrès sensibles ont été apportés. En voici quelques exemples. Les litières usagées servent d’amendement organique naturel après avoir été compostées. Les systèmes de ventilation des bâtiments d’élevage garantissent une bonne maîtrise des odeurs. Les produits d’hygiène (désinfectants et des insecticides) sont homologués par le Ministère de l’Agriculture et sont strictement utilisés conformément aux recommandations du fabricant concernant le mode d’emploi, la posologie, les dosages et autres indications.

 

 

*« Élevé en batterie » signifie en cage.